Partenaires

IBCP
CNRS UCBL

Logo unite LBTI


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes > Métalloprotéases & Remodelage tissulaire (C. Moali) > Présentation

Présentation

Les processus de remodelage tissulaire résultent de l’action concertée de nombreuses protéases extracellulaires et membranaires. Celles-ci synchronisent la synthèse et la dégradation de la matrice extracellulaire avec l’activité des cytokines et des facteurs de croissance pour créer un environnement approprié permettant la prolifération, la migration ou la différenciation cellulaire. La cicatrisation est un exemple de processus impliquant un remodelage important, avec plusieurs étapes : hémostase, inflammation, angiogenèse, ré-épithélialisation, formation du tissu de granulation, contraction de la plaie et remodelage matriciel. Les principales protéases impliquées dans la réparation tissulaire sont des protéases à sérine ou des métalloprotéases de la famille des Metzincines. Notre équipe s’intéresse à une sous-famille de Metzincines, les protéases "BMP-1/tolloid-like", connues pour jouer un rôle essentiel dans l’assemblage de la matrice extracellulaire et l’activation des facteurs de croissance mais pour lesquelles les fonctions dans la réparation tissulaire n’ont pas été clairement établies.

 

Nos principaux objectifs sont d’identifier de nouveaux substrats des protéases "BMP-1/tolloid-like", de décrire leur activité au niveau cellulaire et tissulaire et de comprendre leur régulation par des inhibiteurs et activateurs endogènes (par exemple les Procollagen C-Proteinase Enhancers PCPEs : Fig. 1). 

Pour y parvenir, nous utilisons une approche intégrative associant des techniques de biochimie et biologie structurale (production et purification de protéines, cristallographie, SAXS, SPR, enzymologie), des études cellulaires (cultures de cellules primaires et lignées, protéomique quantitative) et des études in vivo dans des modèles de cicatrisation de la peau et de la cornée (Fig. 2). Nos recherches, à la fois fondamentales et appliquées, pourraient avoir d’importantes conséquences dans le domaine biomédical étant donné le nombre de pathologies liées à des défauts de réparation tissulaire et induites par des agressions et infections diverses : fibroses des organes internes (cœur, poumons, foie, rein...), cicatrices hypertrophiques et plaies chroniques (peau), opacités (cornée)...

Figure 2 : Fibres de collagène du stroma cornéen avant (A) et 14 jours après lésion (B). Observation en microscopie electronique (courtesy of F. Malecaze and S. Galiacy)