Partenaires

IBCP
CNRS UCBL

Logo unite LBTI


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes > Vecteurs colloïdaux et transport tissulaire (B. Verrier) > Vecteurs colloïdaux et transport tissulaire (B. Verrier)

Vecteurs colloïdaux et transport tissulaire (B. Verrier)

Contexte : L’utilisation de systèmes nanoparticulaires biodégradables pour délivrer des agents thérapeutiques offre un très grand nombre d’avantages par rapport au fait de les délivrer seuls, que ce soit en termes de stabilité, durées de vie ou limitations de leurs effets secondaires. Néanmoins, le développement de cette approche se heurte à un obstacle majeur, l’efficacité de migration des nanoparticules à travers les différentes barrières extracellulaires et tissulaires avant d’atteindre leurs cellules cibles. Les difficultés d’appréhender cet obstacle sont liées à la fois à l’absence de modèles tridimensionnels, immunocompétents, capables de mimer les conditions in vivo et la difficulté de concevoir des nanoparticules « intelligentes » capables de traverser ces différentes barrières sans dégradation du principe actif transporté.

Aussi, depuis 2005 nous nous sommes concentrés sur l’élaboration de nanoparticules biodégradables à base d’acide poly (D,L-acide lactique) (PLA) et le ciblage de tissus mono ou pluristratifiés (peau et muqueuses). Par analogie avec une particule virale, nous concevons des nanoparticules multifonctionnelles capables de présenter en surface, une ou plusieurs protéines virales ainsi que des molécules immuno-stimulatrices, comme les ligands de récepteurs Toll (TLR) ou de Nods. Le procédé de fabrication utilisant la nanoprécipitation, nous pouvons également encapsuler différentes molécules hydrophobes comme des fluorophores (Coumarine 6, bodipy CellTrace) ou des principes actifs comme des antirétroviraux (Efavirenz), mais aussi élaborer des micelles à base de copolymères blocs. Ces propriétés nous permettent de suivre le devenir de ces nanoparticules, que ce soit dans des modèles 2-D (co-culture Caco-2 et cellules M), ex vivo (anse intestinale) ou in vivo après administration transcutanée ou cutanée chez le primate non humain ou chez l’homme, ainsi que dans un modèle animal entier, le poisson zèbre.

Objectifs : Notre projet de recherche s’appuie sur nos expertises pour disséquer les mécanismes de migration des nanoparticules de PLA dans des tissus mono et pluristratifiés afin d’identifier des corrélats entre capacité migratoire, efficacité thérapeutique et propriétés physico-chimiques des nanoparticules (taille, charge). Ces observations nous permettront ainsi de définir des nanoparticules et des micelles (colloïdes) « intelligentes » capables de migrer efficacement dans un environnement structuré en mailles et de traverser un tissu mono- ou pluristratifié. Plusieurs applications thérapeutiques sont évaluées avec l’aide de nos réseaux de collaboration, comme le FIV (SIDA du chat) ou le VIH-1.

Thématiques du laboratoire :

Mots clés :

Transport à travers un tissu mono -pluri-stratifié,
Transport à travers la matrice extracellulaire,
Particules biodégradables,
Formulations vaccinales,
Biomimétisme


Contact :

Institut de Biologie et Chimie des Protéines
FRE3310 - DyHTIT
Bernard VERRIER
7, passage du Vercors
69 367 Lyon cedex 07
FRANCE
Tel : +33(0)4 72 72 26 36
Fax : +33(0)4 72 72 26 01